CRMA & Artisanat de Nouvelle-Aquitaine
ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER
Menu
Artisanat Nouve Artisanat Nouve

Etat des lieux de l'Artisanat en Nouvelle-Aquitaine


Le dernier baromètre ISM-MAAF de l'artisanat analyse les évolutions du secteur et détaille la grille des revenus des artisans en fonction des secteurs d'activité dans la région.
L'Artisanat semblent montrer des signes de sortie de crise : les offres d'emploi augmentent et les métiers évoluent. Constat à nuancer néanmoins.




Émergence des micro-entrepreneurs

Une évolution de la structure d'emploi des entreprises artisanales a été observée sur les dix dernières années. Elle se caractérise par une forte progression du nombre d'artisans travaillant seuls et sans salarié. 
Leur part dans le tissu artisanal de la région est passée de 49% en 2008, à 58% en 2012, et 67% en 2016. Leur nombre a presque doublé et atteint 88 000 entreprises en 2016 : ce phénomène s'explique notamment par la mise en place du régime micro-entrepreneur. 
Les emplois indépendants du régime classique, eux, perdent en attractivité. 

En Nouvelle-Aquitaine, les micro-entrepreneurs progressent de 5% par rapport à 2015 (42 000 en 2016). Dans le même temps, le nombre de chefs d'entreprises indépendants baisse de 4%. 
A ce jour, 40% des indépendants sont des micro-entrepreneurs. 

Des difficultés de recrutement de plus en plus fortes

Les projets de recrutement sont restés à la hausse en 2017 selon l'enquête Besoins en main d'oeuvre de Pôle emploi. Mais cette progression des intentions d'embauches est nuancée par une hausse des difficultés de recrutement. 
En Nouvelle-Aquitaine, 55% des dirigeants des TPE artisanales anticipent des difficultés pour les recrutements, contre 37% pour l'ensemble des entreprises. 
Les métiers pour lesquels les difficultés sont les plus élevées, sont ceux de charpentiers (82%), les carrossiers automobiles (82%), ou encore les bouchers (65%). 

Une hausse des offres d'emploi dans l'Artisanat

Alors que l'Artisanat connait des difficultés de recrutement, les offres d'emploi sont pourtant nombreuses. 
Avec un total de 220 000 offres déposées en 2016, on constate une progression à la hausse des emplois recherchés, et ce pour la deuxième année consécutive. Ce regain observé dans les TPE artisanales témoigne d'un "turnover" croissant du personnel et des besoins d'emplois nouveaux. 

Parmi les secteurs les plus recruteurs et créateurs d'emploi en 2016 : les activités de réparation d'équipements (+184%), les taxis/VTC (+103%), ou encore l'entretien et la réparation de véhicules automobiles (+81%).
Le nombre d'offres déposées est également en hausse dans d'autres secteurs, tels que la coiffure (+25%), les soins de beauté (+11%), le nettoyage (+9%), ou encore la boulangerie-pâtisserie (+4%). 

En Nouvelle-Aquitaine, le nombre d'offres d'emploi déposées par les entreprises artisanales de moins de 20 salariés a également progressé, passant de 21 150 à 22 500 en 2016, notamment dans les domaines du BTP, et de la fabrication. 

Une reprise fragile portée par quelques secteurs

En 2016, en Nouvelle-Aquitaine, la boulangerie-pâtisserie était en tête des secteurs pour la création d'emplois salariés (+150 en 2016). Quelques activités du bâtiment ont également renoué avec un solde positif de leurs emplois salariés, notamment les travaux de plâtrerie (+150), la construction de maisons individuelles (+100)  et les travaux d'installation électrique (+100). 

Dans les services, les secteurs plus dynamiques pour la création d'emplois salariés ont été le nettoyage des bâtiments (+150), les soins de beauté (+120), les services funéraires (+80), et la réparation automobile (+60)
En 2017, l'emploi salarié total se stabilise à 150 00, (+0%, alors que l'évolution est de +2% dans l'ensemble du secteur privé régional). La reprise reste donc encore ténue. Environ 400 emplois salariés ont été créés, essentiellement dans le BTP et les services. 

Disparité des revenus entre les indépendants et les micro-entrepreneurs

Les revenus annuels des micro-entrepreneurs sont très en deçà de ceux des indépendants classiques, qui sont parfois jusqu'à 4 fois plus élevés. Les disparités sont aussi fortes entre les différents secteurs artisanaux. 
Dans le BTP, des écarts importants : 28 200 euros pour les chefs d'entreprises indépendants contre 6 100 euros pour les micro-entrepreneurs. 
Dans l'artisanat de fabrication, le même contraste est observé : alors qu'un micro-entrepreneur enregistre un revenu annuel moyen de 3 800 euros, un indépendant classique peut gagner jusqu'à 31 200 euros par an. 
Constat similaire dans l'alimentation et dans l'artisanat de services avec des revenus annuels respectifs de 3 600 euros et 4 500 euros pour les micro-entrepreneurs contre, respectivement 26 800 euros, et 19 900 euros pour les chefs d'entreprises indépendants. 

Rémunérations par secteurs d'activité

Les rémunérations sont très variables d'un secteur à l'autre.
Dans l'Artisanat alimentaire, les activités ayant les revenus les plus élevés sont ceux de la boucherie-charcuterie-poissonnerie et ceux de la boulangerie-pâtisserie avec respectivement 30 400 euros et 25 300 euros de revenus annuels déclarés. 

Chez les professionnels du BTP, de forts contrastes sont observés : les revenus moyens se situent entre 27 200 euros et 28 600 euros annuels (respectivement pour les activités de cloisonnements travaux de finition et les travaux électriques et de plomberie). 
Une activité beaucoup plus rémunératrice se distingue : le génie civil (44 800 euros par an). 

Dans le secteur de la fabrication, des écarts de revenus de 20 000 euros sont constatés. Les revenus annuels varient entre 18 600 euros pour les fabricants de meubles et les artisans du textile & travail du cuir et 39 300 euros pour les artisans qui travaillent les métaux. 

Dans le domaine des services, la moyenne des revenus est la plus faible avec 19 900 euros annuels, et des écarts sont visibles : les activités de services automobiles, comme les VTC et taxis touchent 26 100 euros par an, alors que les dirigeants d'entreprises de coiffure et d'esthétique (soin à la personne) déclarent un revenu moyen annuel beaucoup moins élevé (15 500 euros par an). 

--> sources : https://bit.ly/2JdMZBG
 https://bit.ly/2J2KGkI

Plus d'informations sur : https://bit.ly/2pFA5yn





Twitter
Facebook
Google+
Rss
Newsletter





Document sans nom
Près de chez vous

Document sans nom


Nos derniers tweets
La plus petite boulangerie de France est-elle à la Rochelle ? Ludovic Frey qui dirige une petite boulangerie, L'Ami… https://t.co/PTv0QaQraR
Lundi 13 Août - 12:26
Vous souhaitez suivre l'actu de l'artisanat sur Facebook? Aimez notre page sur https://t.co/gNLG7ECLcw
Lundi 13 Août - 06:30
résultats admission taxi août dordogne Dordogne (24) | #artisanat #NvelleAquitaine https://t.co/D9wIs34MmH
Mercredi 8 Août - 15:31
Document sans nom
ACTUALITES L'ARTISANAT
   
Nationales et régionales Les chiffres clés
Départementales Les études et synthèses
  Les collectvités territoriales
LA CRMA Les partenaires
  Les organisations pro.
Les élus  
Les missions  
Les appels d'offres  
Document sans nom
L'ECONOMIE LA FORMATION
   

L'appui aux filières

URMA : l'ambition formation

La création-reprise

Information / orientation
Le développement Olympiades des métiers
La transmission Apprentissage / alternance
Les collectivités Formation continue
  Conseil de la formation
  Examens Taxis et VTC
Document sans nom
PRESSE CONTACT
Espace presse La CRMA
  Les CMA
A LIRE Les CFA
Le livre blanc  
Le marché du travail NEWSLETTER
A SUIVRE ! Le logo CRMA
Annuaire de liens