CRMA & Artisanat de Nouvelle-Aquitaine
ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER
Menu


Faire entendre le camp des travailleurs : les projets des candidats pour l'artisanat en Nouvelle-Aquitaine


Faire entendre le camp des travailleurs : liste de Lutte ouvrière conduite par Guillaume Perchet.




Madame, Monsieur,

Nous nous présentons dans ces élections régionales pour faire entendre le camp des travailleurs dans une situation de crise sociale, économique, sanitaire, climatique aiguë.

La pandémie a révélé l’incurie des gouvernants: mensonges sur les masques, pas assez de tests puis pas assez de vaccins ; soignants et ceux qui font fonctionner la société envoyés au front sans armes ; soumission aux intérêts des grands patrons, à commencer par ceux des grands laboratoires pharmaceutiques.

Les confinements et fermetures de frontières ont accéléré la crise d’une économie irrationnelle, livrée aux choix d’une poignée de capitalistes mus par leurs profits à court terme. Cette crise qui fait rage est payée par les travailleurs : renvoi des intérimaires, licenciements et fermetures d’usines, suppression de jours de congés, blocage voire réduction des salaires, chômage partiel suivi d’heures supplémentaires...

Les centaines de milliards versés par les États s’ajoutent aux fortunes personnelles des milliardaires pour alimenter la spéculation financière. Celle-ci menace à tout moment la société d’un nouveau krach. Au-delà de Macron et de ses ministres, toute la classe dirigeante capitaliste montre son irresponsabilité.

Les mots d'ordre que nous défendons dans ces élections sont les suivants :

• Contre le chômage qui menace les travailleurs et pourrit toute la société, sa jeunesse, son avenir, il faut répartir le travail entre tous sans diminution de salaire.
• Contre la pauvreté, il faut augmenter les salaires, les retraites et les allocations, et les garantir en les indexant sur le coût de la vie.
• Contre la domination capitaliste, contre la loi du profit et ses conséquences désastreuses, il faut que les travailleurs imposent leur contrôle sur les entreprises et sur toute l’économie.


Pour répondre aux questions que vous m'adressez, il faut dire préalablement qu'il n'y a pas de solution à l'échelle régionale. La région est un rouage de l'Etat dont la fonction globale est de protéger et de favoriser la classe dominante. Ainsi les plans de relance nationaux et régionaux ont-ils permis à la classe capitaliste de sécuriser ses fortunes, voire de les augmenter. Les compétences de la région sont surtout nombreuses en terme de subventions et de marchés publics dont profitent les actionnaires des grandes entreprises implantées en Nouvelle-Aquitaine. Les entreprises de plus petite taille, comme bien des entreprises artisanales, sont pressurées par les grands donneurs d'ordre économiques que sont les grands groupes industriels, de la distribution, du trans port ou de la banque. Toutes les mutations que vous évoquez dans votre courrier, et qui s'avèrent nécessaires dans notre société, tant sur le plan social qu'environnemental, ne seront possibles et positives pour la collectivité que si elles ne sont pas réalisées sous l'aune du profit à court terme, au mépris des vies humaines, mais par et pour le monde du travail dans son ensemble.

Un exemple parmi d'autres, choisi parmi vos interrogations : "quel projet pour nous aider à développer la formation professionnelle ?" : le volet du plan de relance développé par le gouvernement en matière de formation professionnelle, dans la foulée de la réforme pompeusement appelée "Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel" de 2019, s'est montré insuffisant : financé par l'Etat au lieu d'être financé par le grand patronat qui va bénéficier d'une main d’œuvre formée aux frais des contribuables, il a en plus permis d'arroser des organismes et autres instituts de formation qui ont poussé comme des champignons, surfant sur ce juteux marché.

La région Nouvelle Aquitaine ne fait pas exception à la règle, en arrosant également les entreprises privées de formation avec les deniers publics, en privant du même coup les classes populaires. Comme vous le savez, la formation professionnelle est pourtant un enjeu majeur : pour cette raison, elle devrait être assurée par des entreprises publiques, placées sous le contrôle de la population, à prix coûtant. Pour la même raison, la formation professionnelle devrait être orientée vers les secteurs porteurs... porteurs d'utilité pour la collectivité, et pas de profits à court terme pour le grand patronat.

Une autre de vos interrogations, relative à l'accompagnement des "secteurs les plus touchés par la crise sanitaire", est également révélatrice de la gabegie perpétrée par l'Etat depuis le début de la crise sanitaire. Le versement de dizaines de milliards d'euros de subventions à de grandes entreprises qui font des profits, et qui n'ont cependant pas hésité à sacrifier, dès les premières menaces de la pandémie, les sous-traitants, petits prestataires et fournisseurs avec lesquels elles travaillaient depuis des années, aurait bien évidemment pu être consacré à des dépenses publiques utiles à la collectivité, comme l'emploi dans le secteur de la santé par exemple. Ces mêmes profits accumulés par les actionnaires des grands groupes devraient servir à stopper l'hémorragie d'emplois, en arrêtant les licenciements, en répartissant le travail entre tous et en maintenant les salaires.

Mais pour imposer ces changements vitaux dans l’organisation de la société, un bulletin de vote ne suffira pas.

Le bulletin de vote ne peut imposer des changements fondamentaux. Mais c’est un moyen de s’exprimer. Il faut dire son opposition à tous les partis qui représentent les intérêts politiques de la classe capitaliste ! Il faut faire entendre le camp des travailleurs, qui constituent la seule classe capable de renverser le pouvoir des conseils d’administration des grandes entreprises et des banques, la seule classe capable de réorganiser la société en mettant fin à la dictature du grand capital !

Cordialement

Guillaume Perchet






Document sans nom
ACTUALITES L'ARTISANAT
   
Nationales et régionales Les chiffres clés
  Les collectvités territoriales
LA CMAR Les partenaires
  Les organisations pro.
Les élus  
Les missions  
Les appels d'offres  
Document sans nom
L'ECONOMIE LA FORMATION
 

Performance et réussite de nos CFA

L'appui aux filières

Université des métiers

La création-reprise

Orientation
Le développement Olympiades des métiers
La transmission Apprentissage / alternance
Les collectivités Formation continue
  Conseil de la formation
  Examens Taxis et VTC
Document sans nom
PRESSE CONTACT
Espace presse La CMAR
  Les CMA
NEWSLETTER Les CFA
A SUIVRE !

Annuaire de liens

 

 

 Taux de réussite et performance de nos CFA

 

 Taux de réussite et performance formation continue et VAE

 

Réclamations formation