Menu
Artisanat Nouve Artisanat Nouve

Numérique : les entreprises qui osent se transforment !


A l’occasion de la journée de l’économie en Nouvelle-Aquitaine, nous avons découvert une douzaine d’entreprises de l’artisanat, de l’agriculture, du commerce et de l’industrie qui ont fait le choix de placer le numérique au cœur même de leur stratégie de développement. Cette transformation radicale de leur organisation, de leurs process de fabrication et de commercialisation impacte finalement l’entreprise dans toutes ses composantes. Non exclusif, le phénomène touche toutes les activités, tous les secteurs, toutes les organisations, quelle que soit leur taille. La révolution digitale est bel et bien engagée, du moins auprès des entreprises qui osent passer le cap !




La 14e Journée régionale de l’économie en Nouvelle-Aquitaine a permis aux quelques 700 participants de comprendre comment les entreprises appréhendent aujourd’hui ce qui est désormais présenté comme une 4e révolution industrielle, la révolution digitale.
 
Près de 12 entrepreneurs, associations, coopératives… ont témoigné à la mi-septembre de ce que le numérique a concrètement changé et va encore changer dans leur organisation. Pour la première fois, un triplex vidéo a pu être organisé entre Bordeaux, Limoges et Niort par la Région, les consulaires (CCI, CMA et Chambres d’agriculture) ; les intervenants et animateurs se répondant par le biais d’écrans géants interposés, à la vitesse de la fibre.

De nouvelles opportunités

Globalement, nous retiendrons que les entreprises considèrent le digital comme l’occasion de se saisir de nouvelles opportunités pour conquérir des parts de marché et créer de l'emploi ; améliorer leur organisation et la qualité de vie au travail, innover et se développer.
 
Mais ce qui caractérise leur engagement repose avant tout sur l’acceptation de la prise de risque, autour d’un travail sur la stratégie même de l’entreprise, sans considérer le digital comme une couche de peinture qui en moderniserait simplement la façade. Pour Antoine CHOTARD (ADI), les chefs d'entreprises ont d’ailleurs « besoin d'opérer un twist mental dans leurs cerveaux » et d’aborder le numérique avec une entrée centrée sur la stratégie, autour de 5 leviers de transformation : les produits et services, la relation client, les process, les outils e la culture.      
 
En accélérant le changement dans l’entreprise, le digital permet de faire évoluer les états d'esprits, les comportements et devient même, selon les témoignages, un outil de motivation extraordinaire pour les collaborateurs, de nature à attirer de nouvelles compétences.
 
En favorisant le management en mode projet, les outils du numérique font évoluer les méthodes de travail, les rendent plus collaboratives, plus ouvertes et propices à la proposition d’axes d’amélioration où chacun d’entre nous peut exprimer son point de vue, de nouvelles idées et participer à l’amélioration continue nécessaire à l’adaptation des entreprises en cette période de remise en question. En plaçant la créativité et l’inventivité au cœur des efforts de l’entreprise, en faisant de la satisfaction du client-roi une obsession, le digital oblige les structures à revoir l’organisation et la nature même des relations entre les acteurs, internes et externes. Chacun devient le partenaire d’une cause commune, quel que soit son statut, son expérience. Chacun devient co-responsable de la réussite collective de l’entreprise et doit, par là-même remettre en question ses connaissances en permanence.
 
Les compétences, nouvelles monnaies d’échange, deviennent obsolètes à vitesse grand V. Elles doivent être sans cesse renouvelées pour assurer d’une part l’employabilité des salariés (une obligation qui incombe désormais à l’employeur) et assurer la capacité d’adaptation et donc de survie de l’entreprise.
 
En permettant la formation sous toutes ces formes, où le digital peut bien entendu jouer un rôle central, l’entreprise s’adapte plus rapidement, devient apprenante, plus agile et plus performante.


​La peur comme moteur !

Mais « la peur des chefs d'entreprise de remettre en cause l'organisation de leur entreprise existe », comme a pu le rappeler Dominique GRACIET, Président de la Chambre régionale d’agriculture et les lacunes en matière de couverture numérique sont réelles dans certains territoires. Ce qui n’empêche pas les agriculteurs de travailler, souvent de manière collective, à l’intégration des outils numériques. A l’image d’Alexandre VILLAIN, qui utilise des drones pour réaliser des diagnostics (avec des outils de cartographies de sols) et ainsi proposer des préconisations sur les semences, traitements des plantes…
 
Ou de Gabriel RODRIGUES, qui utilise des données recueillies via un réseau de stations météo numériques installées chez les pomiculteurs de la Coopérative LIMDOR, les traite sous forme « big data » et les exploite pour optimiser le traitement et l’irrigation des vergers…
 
A l’image également de Magali VÉRITÉ, viticultrice, qui enregistre des données techniques sur une plateforme pour une gestion personnalisée par parcelle de vigne. Ou enfin de Denis GAUTIER (centre de recherche CIIRPO) qui développe des outils numériques pour les éleveurs ovins, leur permet des gains de temps considérables et les encourage à se recentrer sur la valeur ajoutée de l’exploitation. Une réappropriation de leur cœur de métier qui permet également d’en valoriser l’image auprès des jeunes attirés par les outils numériques.
 
Du côté de l’industrie et du commerce, « qu'est-ce qui peut remettre en cause les métiers et nos business models ? », s’interrogeait M. CLEDEL, Président des CCI de Nouvelle-Aquitaine.  Avant de confier que « chacun de nous peut être une proie potentielle de la nouvelle économie », à moins d’en profiter pour transformer l'entreprise dans toutes ses composantes ! Et c’est bien le défi qu’a choisi de relever Gilles LUC avec sa société Polytech, devenue numéro 3e des fabricants de blocs-portes techniques en France en moins de 8 ans. Grâce au concept d’industrie 4.0 (dite entreprise intelligente), à partir des besoins du client, il a modelé une nouvelle approche de la répétivité, repensé la place de l’humain dans l’entreprise, optimisé les ressources pour produire mieux.
 
Xavier BOUCKAERT (Groupe Cassous TP) utilise quant à lui les outils du numérique pour que le client puisse s’assurer de l'évolution de son chantier (photos, vidéos...), utilise les outils du management en mode projet et saisit les rapports de chantier directement sur des tablettes.
 
Dans l’hôtellerie de plein air, Morgan MOREAU a créé une plateforme de réservation en ligne (campings.online) pour les professionnels de l’arc atlantique. Pour lui, « il faut accepter de prendre des risques, sans avoir peur de la transition numérique » et ne pas laisser les mastodontes tels que Booking dicter leur loi au marché.
 
Coté innovation, Sébastien CONSTANT a fondé « l'addition », en apportant une double rupture : technologique d’abord avec une application de caisse pour restaurateurs plus intuitive, directement sur iPad ; et commerciale ensuite avec une stratégie d’approche client d’abord digitale avant d’être physique.

​L’artisanat, dans la même dynamique

Dans l’artisanat, « la dynamique est la même que dans les autres secteurs » expliquait Jean-Pierre GROS, Président de la CRMA Nouvelle-Aquitaine. Depuis toujours, l'artisanat est au cœur de toutes les innovations numériques, au service des autres secteurs d'activités, de manière transversale.
 
Bruno BANNETTE, Maître artisan boulanger, pâtissier et chocolatier s’apprête à lancer un site site e-commerce pour ses pains bio. Une restructuration qui impose de repenser les procès de fabrication et de vente : le boulanger prend les commandes directement sur une tablette, depuis le fournil et fabrique en flux tendu.
 
Pour Laurent DARDILHAC, ferronnier d’art, intégrer un Logiciel de DAO a changé son approche de la conception. Il propose très rapidement des projets personnalisés pour le client en fonction de ses souhaits. Et le plan 3D validé par client est directement envoyé à l’atelier pour la fabrication et le pilotage de la découpe laser.
 
De son côté, Sébastien BROUSTET, a inventé un procédé de réparation des menuiseries, notamment après une infraction. Reconverti dans l’artisanat après une carrière militaire, ce dernier a intégré le numérique et les techniques de carrosserie à la serrurerie.
 
Enfin, Brice GOGUET, PDG du Groupe Voltaire, fabrique une selle d’équitation sur mesure et connectée à un téléphone portable, un produit haut-de-gamme qui a fait son succès aux Etats-Unis en quelques années seulement. Digital natif, il utilise les outils collaboratifs et d'organisation numériques depuis le premier jour, mariant le meilleur du savoir-faire artisanaux et du digital.
 
Pour Bernard UTHURRY, Vice-président de la région Nouvelle-Aquitaine en charge du développement économique et  de l’économie numérique, il sera désormais « délicat de transmettre une entreprise non investie sur le plan numérique ». 

Voir les vidéos






Twitter
Facebook
Google+
Rss

Document sans nom
AGENDA
voir l'agenda complet


Document sans nom
EN BREF


Document sans nom
L'ECONOMIE


Document sans nom
LA FORMATION


Document sans nom
L'ARTISANAT


Document sans nom
NOS DERNIERS TWEETS

Projet de loi cadre pour les PME / TPE : orientations, propositions et calendrier En réponse à une question au gouv… https://t.co/Jq0WBGvAmT
Samedi 9 Décembre - 09:25
TF1 - Artisans sans frontières Les artisans français possèdent un savoir-faire unique que des clients du monde enti… https://t.co/pJFw5gnb0D
Vendredi 8 Décembre - 09:26
93% des entreprises sont des micro-entreprises La commission européenne a publié son rapport annuel sur les PME. 20… https://t.co/UEujzRe3lo
Jeudi 7 Décembre - 19:31


Partager ce site
Document sans nom
ACTUALITES L'ARTISANAT
   
Nationales et régionales Les chiffres clés
Départementales Les études et synthèses
  Les collectvités territoriales
LA CRMA Les partenaires
  Les organisations pro.
Les élus  
Les missions  
Les comptes financiers  
Les appels d'offres  
Document sans nom
L'ECONOMIE LA FORMATION
   

L'appui aux filières

URMA : l'ambition formation

La création-reprise

Information / orientation
Le développement Olympiades des métiers
La transmission Apprentissage / alternance
Les collectivités Formation continue
  Conseil de la formation
  Examens Taxis et VTC
Document sans nom
PRESSE CONTACT
Espace presse La CRMA
  Les CMA
A LIRE Les CFA
Le livre blanc  
Le marché du travail NEWSLETTER
 
A SUIVRE !  
Annuaire de liens