CRMA & Artisanat de Nouvelle-Aquitaine
ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER
Menu


Union de la droite et du centre : les projets des candidats pour l'artisanat en Nouvelle-Aquitaine


Le contexte actuel des aides économiques régionales est particulier.
Les TPE, le commerce et l’artisanat représentent 95 % des entreprises régionales mais seulement 10 % des aides régionales leur sont accordés annuellement. La majorité des soutiens est orientée vers le secteur industriel. Il n’est pas question pour nous de contester l’importance stratégique des PME, des ETI industrielles, mais simplement de proposer un rééquilibrage partiel des crédits et une meilleure attention à ce réseau de TPE, d’entreprises artisanales qui ont subi les conséquences défavorables de la crise sanitaire.




Ce réseau de TPE maille le territoire et, en milieu rural, doit être spécifiquement accompagné pour faire vivre les petites communes et les centres bourgs.

Nous créerons ainsi un dispositif dédié au commerce et à l’artisanat : des dispositifs de financement spécifiques et de nouvelles aides régionales pour subventionner  des projets de création d’emploi, d’installation,  de développement, d’accompagnement numérique, de transmission notamment.

Quel projet pour accompagner la transition écologique des entreprises artisanales ?

Les entreprises artisanales, comme toutes les autres, doivent rapidement s’adapter aux impératifs écologiques et réduite leur impact
environnemental : des aides particulières pour les artisans, en lien avec BPI France, existent déjà pour accélérer leur transition
écologique, notamment des diagnostics sur l’énergie, l’eau, la valorisation des déchets, ou un crédit d’impôt pour la rénovation
énergétique de leurs locaux.

La Région doit elle aussi apporter des solutions concrètes dans ses compétences.

Tout d’abord, nous proposerons une stratégie de formation spécifique et d’adaptation des artisans et de leurs salariés aux métiers liés
aux énergies alternatives. La Région participera au financement d’outils numériques et pourra proposer des parcours de formation à
leur utilisation. Il s’agit de soutenir la montée en compétence des petites entreprises artisanales.

Le bâtiment, qui est le 1er consommateur d’énergie dans notre région, est particulièrement concerné par la rénovation
énergétique. Nous intensifierons les aides aux particuliers et aux communes pour développer l’activité des artisans de la construction
qui représentent 38 % des entreprises artisanales.

Nous travaillerons en lien étroit avec la CMA pour mettre en place les mesures les plus adaptées à chaque secteur artisanal.

Quel projet pour accompagner la transition numérique des entreprises artisanales ?

Faciliter la transition numérique des entreprises artisanales passe d’abord par un réseau de Très Haut Débit accessible sur tout le territoire. Ce n’est pas le cas actuellement.

Nous proposons donc en priorité de :

-       Financer avec les départements, en urgence, les équipements indispensables pour un territoire 100 % Très Haut Débit d’ici 2024.

-       Mettre en place une politique de suppression des zones blanches en milieu rural afin notamment de favoriser le développement du THD avec la 4G/5G.

Parallèlement, nous attribuerons des subventions aux TPE artisanales pour les aider à s’équiper en matériel performant et en solutions
digitales, pour faire face aux pratiques nouvelles accentuées par la crise sanitaire et ses conséquences sur la fermeture des commerces et des entreprises artisanales.

Nous poursuivrons les aides régionales initiées dans le plan de relance pour permettre aux artisans d’accéder à des plateformes  de
e-commerce. Accompagnement au développement de sites  e-commerce, des commandes et paiement en ligne, de la numérisation des produits, etc…

Quel projet pour aider notre réseau à accompagner les dirigeants à transmettre leur entreprise ?

La transmission et la reprise sont un moment clé de la vie d’une TPE, il faut éviter la disparition faute de repreneur, maintenir les
savoir-faire et les compétences. Notre dispositif spécifique pour le commerce et l’artisanat soutiendra bien sûr en subvention, ou avance remboursable selon les cas, ce passage pour pérenniser l’activité et assurer le maintien des emplois.

Un accompagnement en conseil, en formation des nouveaux dirigeants, des aides au financement notamment en garantie d’emprunt, en lien avec les réseaux existants et les chambres consulaires, dont la Chambre Régionale des Métiers.

Nous consulterons tous les partenaires pour mettre au point les aides dont ils ont vraiment besoin et les associerons aux décisions.

Nous élargirons les aides aux entreprises familiales exclues de tout dispositif actuellement par la Région : 83 % des entreprises
françaises sont familiales et assurent la transmission des valeurs de génération en génération. Elles sont un facteur de stabilité et
d’indépendance. Il est important de les associer

Quel projet pour redynamiser les centres villes de notre région ?

Sur notre territoire, nous observons de profondes divergences de développement entre les grandes métropoles départementales et la zone littorale d’un côté, deux secteurs très attractifs, et les départements de l’intérieur plus enclavés qui subissent des retards
de développement, des baisses de population, une désertification rurale, la perte de services publics, de services de santé, de
commerces, d’artisans.

Il est urgent de réagir pour sauver les centres bourgs et dynamiser les territoires, pour stimuler l’emploi dans le tissu commercial et
l’artisanat de proximité.

Nous soutiendrons, sur la base d’appels à projet, toutes les initiatives visant à permettre à la population de vivre véritablement
en zone rurale sans être privée des services de proximité, notamment:

-       Réhabilitation des friches et des ilots commerciaux

-       Réhabilitation de l’habitat ancien

-       Création, rénovation ou extension des espaces de vie : halles, commerces, marchés couverts ou de plein air, etc …

-       Soutien aux TPE artisanales et commerciales en facilitant le maintien et l’installation de commerces, notamment des commerces en
multi-services

-       Acquisition foncière ou immobilière pour l'installation de commerces de proximité

-       Soutien à la création de maisons de santé pluridisciplinaires

-       Suppression des zones blanches en milieu rural afin notamment de favoriser le développement du THD, indispensable pour l’implantation d’entreprises

Quel projet pour nous aider à développer la formation professionnelle ?

Les Chambres des Métiers ont la responsabilité de la formation des Jeunes et des apprentis et accomplissent leur mission avec sérieux et compétence. L’apprentissage est  une  voie d’excellence, souvent mal perçue, alors que le taux de placement en entreprise à l’issue
de la formation avoisine les 70 %. Il faut donc promouvoir plus fortement  ce secteur.

Suite à la réforme de 2018, les Régions ont perdu la plus grande part de leur compétence, mais souhaitons soutenir très fortement les CFA.

Nous proposerons de :

-       Maintenir les aides aux investissements des CFA, notamment en réhabilitation des bâtiments ou des ateliers

-       Faire de l’apprentissage une voie d’excellence pour l’emploi des jeunes. Nous sommes convaincus de l'intérêt de l'apprentissage pour l'insertion professionnelle des jeunes, et nous nous engageons à soutenir et accompagner les apprentis tout au long de leur parcours.

-       Abonder un fonds de solidarité des apprentis pour répondre à des besoins exceptionnels pour se loger, se soigner, se nourrir, se
déplacer, s’équiper et faire face à toutes les autres difficultés particulières pouvant se présenter dans la vie quotidienne.

-       Aider les apprentis à se loger près de leur maîtres d’apprentissage. Soutien à la création de logements pour les apprentis dans les bourgs ruraux près des artisans en partenariat avec les élus locaux, les opérateurs immobiliers, les chambres consulaires, et les opérateurs.

Sur la formation professionnelle, face aux résultats médiocres des multiples plans de formation des demandeurs d’emploi initiés depuis 2016, face aux crédits globaux investis à hauteur de 1,65 milliards € sur la période de la part de l’Etat et de la Région pour un taux de retour à l’emploi de l’ordre de 20 % seulement, nous proposons :
  • Un Contrat de Retour à l’Emploi Durable : nous contractualiserons directement avec des entreprises pour prendre en charge les frais de formation professionnelle de demandeurs d’emploi en échange d’une promesse d’embauche. Parallèlement, le bénéficiaire de la formation ne pourra refuser l’offre d’emploi.
  • Un engagement clair/ Un objectif professionnel-Une formation-Un résultat direct sur l'emploi. Nous mettrons en place des incitations financières  en fonction de ses débouchés réels sur l'emploi.
  • Associer les entreprises sur leurs besoins réels de formation avec un engagement ferme d'embauche en fin de parcours.
  • Contrôler et évaluer régulièrement les formations proposées par les organismes, leur orientation et leur pertinence.

Quel projet pour nous aider à accompagner les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire (métiers d’art, activités liées au tourisme et à l’événementiel) ?

Le secteur du tourisme subit depuis plus d’un an les conséquences directes des confinements, la perte de clientèle, et encore pour les mois à venir des jauges limitées ne permettant pas à une majorité d’établissements d’atteindre le seuil de rentabilité nécessaire
à la pérennisation de leur activité. Nouvelle-Aquitaine est une région qui concentre dans chacun de ses départements une grande
variété de sites touristiques. Le Conseil régional doit donc être particulièrement attentif à faciliter le rebond du tourisme.

Nous proposons, en lien avec les responsables socio-professionnels,  de :

-       Reconduire l’opération « chèque vacances en Nouvelle-Aquitaine » pour permettre, sous condition de ressources, aux néo-aquitains de passer leurs vacances dans notre région et de participer à la relance des structures hôtelières et des restaurants.
Mais, l’exécutif vient d’abaisser l’enveloppe dédiée pour 2021 par rapport à 2020. Nous pensons qu’il faudra relever le seuil des
bénéficiaires pour créer un véritable effet de levier cette année encore.

-       Soutenir les infrastructures immobilières touristiques et les investissements de réhabilitation et modernisation des équipements

-     Aider la création et le développement de l’offre touristique en développant de nouvelles offres, en améliorant la qualité de l’accueil et le parcours visiteurs.

-       Digitaliser de l’offre touristique et aider à la numérisation des structures

-       Valoriser nos espaces naturels et communiquer sur le tourisme responsable

-       Créer un évènement  "Nouvelle-Aquitaine les Conviviales, grande fête de la qualité agricole et gastronomique", une série de
rendez-vous festifs et gastronomiques de mi-juin à début juillet ou en septembre, des rendez-vous grand public mais aussi des rendez-vous professionnels. Cet évènement sera un point d'appui de notoriété et d'attractivité pour les villes et les territoires, et aura de fortes retombées touristiques.






Document sans nom
ACTUALITES L'ARTISANAT
   
Nationales et régionales Les chiffres clés
  Les collectvités territoriales
LA CMAR Les partenaires
  Les organisations pro.
Les élus  
Les missions  
Les appels d'offres  
Document sans nom
L'ECONOMIE LA FORMATION
 

Performance et réussite de nos CFA

L'appui aux filières

Université des métiers

La création-reprise

Orientation
Le développement Olympiades des métiers
La transmission Apprentissage / alternance
Les collectivités Formation continue
  Conseil de la formation
  Examens Taxis et VTC
Document sans nom
PRESSE CONTACT
Espace presse La CMAR
  Les CMA
NEWSLETTER Les CFA
A SUIVRE !

Annuaire de liens

 

 

 Taux de réussite et performance de nos CFA

 

 Taux de réussite et performance formation continue et VAE

 

Réclamations formation